Bio Shadow

Biographie

On commence par quoi, on commence où ? Parler de l’homme peut être aisé mais il y a tellement de choses à dire surtout sur un homme de cette dimension : Artiste instrumentiste – peintre - chanteur - photographe - Globe-Trotter - Baye Fall - Footballeur pétri de talent. Pour ne pas s’égarer nous allons seulement parler de l’artiste et de son parcours riche en rencontres et en expériences.


Le talent ! Justement, on parle de ça, et nombreux sont les sobriquets que l’on pourrait facilement attribuer à Papi. Charles Alexandre Ndiaga Gaye de son vrai nom, un homme rempli d’humilité qui a toujours soif d’apprendre et de découvrir. Malgré ces nombreuses facettes il a toujours su garder les pieds sur terre et un œil sur ses objectifs. La simplicité rarissime de ce personnage si attachant est à saluer.

Il est d’abord important de rappeler que musicalement, Papi est autodidacte guidé par ses sensations, voyageant à travers la mélodie. Mais il est nécessaire de remonter plus loin dans ses origines et son parcours (pas simple du tout) pour mieux comprendre la dimension de l’artiste et de l’homme qu’est Charles Alexandre.

Dès son plus jeune âge, Papi chante à la chorale de l’église «Martyrs de l’Ouganda» situé à la Sicap Dieuppeul 3, quartier très branché de Dakar où il a grandi. Ce fût là son initiation à la chanson pour le garçon à peine âgé de 7 – 8 ans. Pendant très longtemps, Le gamin est partagé entre le football et le chant sans oublier la photographie qu’il a hérité de son père lui aussi artiste peintre photographe.

Mais ce n’est que plus tard, début des années 2000 (2003-2004) que la musique commence à prendre le dessus dans la vie du jeune homme, encore étudiant à l’époque en architecture et commençant à intégrer le monde des BTP, stagiaire dans un cabinet d’architecture et d’ingénierie.

Ce fût la naissance du groupe Mystic Mike. Le groupe fait essentiellement du rap (en français, wolof et anglais) mais aussi du dance hall. Grâce à des talents comme Amadou Niang aka Bobby, Charles Alexandre aka SHADOW à cette époque, les Mystics arrivent à se faire remarquer rapidement et à avoir une place sur la scène musicale dakaroise.

Le groupe collabore alors à cette époque avec des pointures du milieu comme Lil Bugz (compositeur et arrangeur) du collectif LZ3, et continue à faire son petit bout de chemin entres tournées scolaires (semaines culturelles des écoles secondaires et des lycées), concerts à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, les concerts populaires (dans les quartiers en pleine rue). Shadow par sa belle voix, lui est toujours arrivé à se démarquer et vivait déjà sa musique avec une passion illimitée.

2004 c’est le tournant. Le groupe est approché par «Grand Saadi» un ingénieur de son venu des USA et qui venait d’ouvrir un studio nommé A2S, toujours à la SICAP. Le groupe Mystic Mike avait alors réservé une session d’enregistrement pour un titre nommé «110 party» qui fût un succès et qui a amené une plus longue collaboration avec Saadi qui invita alors les jeunes artistes à venir tous les jours au studio pour travailler. Le destin réservait alors beaucoup plus car dans ce même studio les garçons ont rencontré DUGGY E TEE membre fondateur du Positive Black Soul, un des précurseurs du mouvement hip hop africain qui était là pour l’enregistrement de son album « Ngem » sorti la même année et qui fût un succès retentissant. Ce qui les mena à des scènes encore plus grandes comme la première partie de Duggy E Tee au cicès de Dakar.

Dans ce même Studio, Papi trouva sa 1ère guitare, une vieille caisse classique dépourvue de cordes. Une fois équipée de cordes, Charles Alexandre ne s’en séparera plus. Ce fût-là, la naissance du musicien.

En 2008 les membres du « Mystic Mike » ont pris des trajectoires différentes mais sont restés amis et ne manquent pas de collaborer occasionnellement. Bobby est devenu guitariste et joue avec divers groupes, Edge et Crimo sont restés sur le rap à fond. Ce qui donnait l’occasion à Papi d’aller se perfectionner et de fréquenter d’autres artistes jusqu’à la création du groupe Métys Band de Dakar en 2009, un des groupes phares de reggae à Dakar.

Métys Band a été un passage très riche en expérience surtout en termes de spectacle, c’est la découverte du monde du live, des heures de répétition plus longues mais pour le passionné qu’est Papi, cela n’a pas été difficile de tout sacrifier pour vivre sa musique. Le garçon, déjà bien préparé a occupé au sein de Métys un rôle de guitariste, chanteur, compositeur, choriste.

2012, le groupe déjà au point, commence à faire les premières parties du groupe Timshell Band (un des plus grands groupes de reggae au Sénégal si ce n’est le plus grand) au « Just 4 You » une des meilleures scènes de Dakar. Le groupe a aussi eu à faire la 1ère partie de « Mouta Barouka » lors de leur passage à Dakar en 2013.

Mais Papi en veut encore plus, il n’est pas rassasié et ne compte pas s’arrêter là. Il rejoint le groupe « Civil Society 213 » basé à l’île de Gorée à Dakar toujours. Il occupe alors au sein du groupe une double casquette de guitariste: accompagnement et solo pour combler le manque de musiciens

2013 et 2014 avec le groupe papi participe aux éditions du Gorée Diaspora Festival : Décembre 2013 et 2014.

Cependant, Papi a continué à jouer avec les deux groupes « Métys Band » & « Civil Society 313 » jusqu’en 2017, année du départ vers la France.

2018, Papi découvre encore un autre genre musical en intégrant le groupe de Jazz « les Kalédoïk 14 » avec qui il participa aux fêtes de la musique en 2018 & 2019 avec l’association FMMQUS. Mais n’oublions pas les bars resto où l’artiste se produit fréquemment de même que les nombreuses jam sessions auxquels participe cet infatigable de la musique qui a aussi rajouté des cordes à son arc jouant aujourd’hui à la guitare basse et aussi à la batterie.

Actuellement, le bonhomme continue son bout de chemin avec « LAKATY », un groupe de Chanson Classique française mais aussi de variétés. Et comme durant tout son parcours, Papi nous surprend encore, lui qui occupe un rôle de batteur au sein du groupe. Vous ne manquerez certainement pas de les croiser sur les scènes des bistrots, bars resto, guinguettes de Paris …

Une chose est sûre, pour cet autodidacte devenu musicien hors pair et très complet, le chemin n’est pas fini. En attendant la consécration, l’artiste, papa d’un fils adorable (Mathieu) prend son mal en patience et multiplie les collaborations et les expériences.


Vamos l’artiste……………..